Communiqués

Une ville propre est-ce possible ?

Se promener dans Avignon, regarder nos remparts, admirer nos beaux monuments est devenu un véritable parcours du combattant pour nous ! Imaginez ce que cela doit être pour le touriste lambda qui voudrait prendre un peu de temps dans notre belle ville, hélas, dénaturée par la saleté !

Que l’on soit Avignonnais ou Montfavétains, le constat est désolant pour ne
pas dire catastrophique, la saleté attire la saleté, les dépôts sauvages attirent de nouveaux dépôts sauvages, un papier de bonbon attire un autre papier, les paquets de cigarettes vides fleurissent aussi, sans parler des mégots jetés qui polluent nos rues et ce, jusque dans nos Sorgues.

Les agents municipaux chargés de la propreté des rues et ceux du grand
Avignon chargés de l’enlèvement de ces dépôts sauvages n’arrivent pas à
suivre ces exactions, les incivilités s’accumulent et le civisme a totalement
disparu…

Pour qu’enfin nous ayons une ville propre, remontons-nous les manches et
n’ayons pas peur d’agir en citoyen et citoyenne. N’acceptons plus ces
agissements et faisons en sorte que nous puissions profiter de notre belle ville en étant tous acteurs, actrices de cette propreté.

Une photo, une vidéo, un appel téléphonique à la mairie qui saura vous diriger vers le bon service ou vous indiquer le numéro de téléphone adéquat feront que les agents de la propreté seront alertés et pourront agir rapidement, rendre à la rue ainsi dégradée toute sa sérénité. Ces agents verront que la population de leur ville est attentive et respectueuse de leur travail parfois ingrat mais tellement utile à toute la communauté.

Un peu de civisme, le respect des consignes de collecte et de tri, des gestes simples seront aussi efficaces qu’un surcroît d’agents d’entretien et une noria de camions.

N’acceptons plus ces agissements et faisons en sorte que nous puissions nous balader dans ce symbole de culture, de patrimoine qu’est notre ville.

José Rigo, colistière de la liste d’Anne-Sophie Rigault, Avignon à cœur.

Caillassage de la police à Avignon : soutien aux forces de l’ordre

Communiqué d’Anne-Sophie Rigault, Conseillère municipale d’Avignon

Avignon, le 11 février 2020

Dans la nuit de vendredi 8 à samedi 9 février, une patrouille de police est tombée dans un guet-apens dans le quartier de Saint-Chamand. Répondant à l’appel de riverains excédés par des « détonations », ils ont subi un caillassage par un groupe d’individus. Leur professionnalisme a permis d’appréhender un des auteurs.

J’apporte mon soutien inconditionnel aux pompiers, policiers nationaux et municipaux qui subissent ce genre d’agression sans qu’aucune solution ne soit apportée pour protéger la vie de ces hommes et ces femmes volontaires au service de la population.

Je soutiens également les habitants de ces quartiers qui sont les premières victimes de ces incivilités quotidiennes qui les coupent des services publics et dont la mairie ne se préoccupe qu’en période électorale.

Avec mon équipe « Avignon à cœur », je me donne pour priorité la mise en place d’une politique de tranquillité publique volontaire afin que l’ensemble des avignonnais puisse vivre en toute sécurité et que nos policiers et pompiers remplissent leur mission de service du public sans craindre pour leur vie.

Remettons les pendules à l’heure

Remettons les pendules à l’heure

Qu’est devenue l’horloge de la Place Carnot, si chère aux habitants de ce quartier ? A cette question récurrente, le silence municipal répond de manière assourdissante. Espérons que le patrimoine de la Ville, installé en 1894, ne sera pas fondu pour aider à clôturer en catimini le budget 2019 de la municipalité sortante.

Et que penser de la proposition d’une conseillère municipale d’opposition, prête à tout pour exister politiquement, de vouloir rebaptiser la Place de l’Horloge ? Autant pouvons-nous concevoir la volonté de rendre hommage à Jacques Chirac, autant les Avignonnais, quel que soit leur bord, n’ont aucune envie de voir leur centre-ville renommé au gré des élections. La dénomination Place de l’Horloge est riche du poids des siècles. Ne pas le comprendre, c’est méconnaître la cité des Papes.

En ces temps d’élection, l’horloge, véritable trait d’union entre notre Ville, son Histoire et ses habitants, n’attend qu’une chose : qu’une heure nous rende ce que plusieurs années nous ont ravi.

Visite surprise de Cécile HELLE au Salon des voyages et de la finance islamiques : du clientélisme électoral !

Cécile HELLE s’est rendue ce vendredi 08 novembre à la salle polyvalente municipale pour y visiter le Salon des voyages et de la finance islamiques.

À quelques mois des élections municipales, la participation du maire sortant à un tel évènement relève à l’évidence d’une démarche électoraliste pour ne pas dire clientéliste. Une démarche qui ne peut être perçue que comme un encouragement au communautarisme le plus exacerbé.

Que faisait une élue de la République dans cette manifestation aux côtés de femmes voilées de noir de la tête aux pieds ? Les Avignonnais et les Avignonnaises, attachés aux principes fondamentaux de notre République (notamment la liberté de la femme) et à nos coutumes françaises, sont en droit de savoir et ne peuvent qu’être choqués.

Si Mme Helle souhaite montrer son intérêt aux préoccupations de nos concitoyens de confession musulmane attachés à vivre en paix sous les lois de la République, voici quelques pistes de travail relevant de ses compétences : hygiène et sécurité sur certains marchés en période de ramadan, carré musulman du cimetière de Montfavet… Que Mme Helle commence tout simplement par faire son travail de maire !

Prolifération de rats sur Avignon : quand l’inaction de la majorité rime avec incompétence…

Les rats envahissent Avignon. Aujourd’hui, commerçants et riverains de la Place Pie crient leur exaspération face à l’inaction de la municipalité.
Courrier au maire, article de presse, pétition. Rien ne parvient à calmer la colère de ceux qui se sentent littéralement abandonnés par le pouvoir en place. Pas un seul élu de la majorité ne s’est déplacé pour les rencontrer. Seule l’adjointe en charge des enjeux de santé publique s’est manifestée par voie de presse pour rejeter la faute sur le Grand Avignon en charge de la collecte des ordures ménagères. Tellement facile…  

Mercredi soir, je me suis rendue sur place pour leur apporter mon soutien, et signer la pétition qui réunissait déjà plus d’une soixantaine de signatures. J’ai également saisi la Direction de l’Ecologie Urbaine qui diligente, ce jour, des agents municipaux sur place.

L’équipe sortante nous prouve, une fois de plus, son incompétence à résoudre les problèmes des Avignonnais, alors que les solutions existent…